Panier

SERVICE CLIENT FRANÇAIS  🇫🇷

🔥 OFFRE SPÉCIALE : -15% AVEC LE CODE BLACK15
Quand mon bébé peut-il se passer de lait la nuit ? Conseils sommeil 62251815 m

Quand mon bébé peut-il se passer de lait la nuit ?

La question de l’allaitement fait partie des préoccupations les plus récurrentes que se posent les jeunes parents. En effet, une bonne alimentation est très importante pour la croissance de l’enfant. Toutefois, les idées reçues sur le sujet sont nombreuses et persistantes. Par exemple, les jeunes parents doivent décider du moment auquel ils vont arrêter de nourrir le bébé la nuit. Ceci est notamment dû au fait que ce sevrage nocturne est lié au sommeil de l’enfant, mais également à celui des parents.

Si certains bébés ne se réveillent quasiment jamais, d’autres par contre le font plusieurs fois par nuit. Ces différences soulèvent alors un certain nombre de questions chez les parents qui reçoivent de leurs proches des conseils contradictoires. Parmi ces questions, les suivantes reviennent souvent : faut-il réveiller bébé pour une alimentation optimale ? À quel âge arrêter les tétées la nuit ? Comment procéder à l’arrêt des tétées la nuit ? Pour vous aider à y voir plus clair, nous faisons le point sur toutes ces questions pour vous dans ce dossier.

Faut-il réveiller le bébé la nuit pour le nourrir ?

Quand mon bébé peut-il se passer de lait la nuit ? Conseils sommeil 168289839 m

Les premières semaines de la vie d’un nourrisson sont rythmées par les phases de sommeil, et les phases d’éveil durant lesquelles il se nourrit. Pour lui, la différence entre le besoin de succion et la faim ne se fait pas. Il réclame à boire dès qu’il est en éveil. Étant donné qu’il est dans une phase d’apprentissage et de croissance, il a besoin de boire souvent et plus longtemps.

Qu’il soit nourri au sein ou au biberon, un nourrisson a besoin de se nourrir la nuit, au moins jusqu’à ses trois mois. Cette généralité ne s’applique cependant pas dans tous les cas. En effet, certains enfants sont de gros dormeurs, qui ne réclameront pas de boire la nuit. D’autres par contre se réveilleront régulièrement pour être nourris. Dans tous les cas, il n’est pas évident que votre enfant accepte de boire la nuit si vous le réveillez.

Réveiller le nourrisson la nuit pour le nourrir est une recommandation qui n’est mise en place que, lorsque celui-ci :

  • ne dort pas suffisamment en journée ;
  • ne tète pas (ou ne prends pas de biberon la nuit) ;
  • n’a pas une prise de poids normale, par rapport à son âge.

Ce dernier point est d’ailleurs le plus important de la liste. Les réveils nocturnes sont conseillés uniquement pour optimiser l’alimentation et la prise de poids de bébé. Il s’agit d’une disposition particulière, et temporaire. C’est le cas par exemple chez les enfants souffrants de jaunisse, qui ont du mal à quitter l’état de somnolence. Il faut donc les stimuler afin qu’ils se nourrissent suffisamment, et ce même la nuit.

Par contre, si l’enfant profite pleinement des repas qui lui sont proposés lors de ses phases d’éveil et que sa courbe de croissance est régulière, il n’y a pas de raison de le réveiller la nuit pour le faire boire plus. Les parents doivent donc être plus attentifs à ces éléments.

La phase de calibrage

Chez les mamans qui allaitent, l’organisme procède à un étalonnage de la production de lait, suivant les besoins du nourrisson. C’est l’objectif de la phase de calibrage qui s’étale sur le premier mois de vie. Durant cette période, les seins vont s’adapter au rythme de l’enfant. Ainsi, s’il tète beaucoup, la production de lait sera plus importante.

Cependant, il faut savoir que les effets de la prolactine (hormone responsable de la production de lait) se font plus ressentir la nuit. La maman d’un bébé qui dort beaucoup la nuit devra probablement tirer son lait à ce moment, afin de prévenir les risques d’engorgement. Cela permettra aussi de maintenir une bonne production du lait maternel. Le bébé qui se réveille naturellement plusieurs fois par nuit profitera quant à lui de cette abondance de lait.

Le conseil des experts

Les professionnels de santé recommandent que le boire soit proposé au nourrisson durant les premières semaines, à chaque fois qu’il se réveille de jour comme de nuit. Il ne faut toutefois pas attendre qu’il pleure pour le nourrir. C’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles, les experts invitent les parents à faire dormir leur enfant dans leur chambre, durant ses premiers mois. Cela permet de détecter plus facilement les bruits d’éveil de l’enfant, la nuit, afin de le nourrir sans qu’il ait pleuré.

Cette recommandation est valable, quel que soit le type d’alimentation mis en place pour le nourrisson (allaitement, biberon ou alimentation mixtes). Il est également très important que les parents s’adaptent au rythme de leur enfant, tant que celui-ci est tonique et croit normalement. Jusqu’à quel âge faut-il continuer de donner du lait la nuit ?

Cette question est justifiée dans la mesure où il arrive un moment où les réveils nocturnes deviennent pénibles pour les parents. Si un bébé avait l’habitude de prendre un ou même plusieurs biberons la nuit, durant ses premières semaines de vie, cela devrait changer au fur et à mesure qu’il grandit.

La première chose à savoir est qu’un nourrisson commence à distinguer le jour de la nuit, vers l’âge de deux mois. Normalement, cette aptitude est totalement acquise vers ses quatre mois. C’est à peu près à partir de cet âge que la plupart des bébés « feront leurs nuits » selon l’expression consacrée. Cela signifie simplement qu’ils dormiront toute la nuit, jusqu’au matin. Mais comme pour toute chose, il y a des exceptions. Ainsi, certains enfants font leurs nuits plus tôt, tandis que d’autres le font plus tard.

Quoi qu’il en soit, le sevrage d’un bébé la nuit peut se mettre en place entre 4 et 6 mois. Il est par ailleurs important de préciser que cela peut se faire encore plus tard, compte tenu des habitudes qui avaient été inculquées. Au-delà de six mois, le boire lors des réveils nocturnes comble plus un besoin d’apaisement affectif qu’une faim véritable. Il faut donc faire attention pour ne pas s’enliser dans de mauvaises habitudes.

« Caler bébé » pour qu’il fasse ses nuits : bonne ou mauvaise idée ?

Cette expression, vous l’avez surement déjà entendue dans les propos de vos proches. En effet, la pensée populaire veut qu’un bébé dorme bien sans se réveiller la nuit, s’il est bien rassasié au préalable. Cela a longtemps incité les parents à donner plus de nourriture au bébé le soir. Pourtant il est scientifiquement démontré qu’il n’y a aucune corrélation entre la qualité du sommeil d’un nourrisson et la quantité de lait que ce dernier ingère.

Au contraire, cette manière de faire peut engendrer des troubles digestifs et un inconfort chez le tout petit. L’on obtient alors l’effet inverse, puisque l’enfant ne sera pas à l’aise pour dormir. Il tiendra donc ses parents éveillés à cause de son inconfort. Caler bébé comme on dit est donc une mauvaise idée.

Par ailleurs, lorsque l’enfant atteint un certain âge (au-delà de six mois), il n’a physiologiquement plus besoin d’être nourri la nuit. En effet, son estomac est alors assez grand pour lui permettre de stocker le lait, assurant ainsi ses besoins physiologiques nocturnes. De ce fait, lorsqu’il s’éveille spontanément durant la nuit, les parents doivent plutôt chercher à combler ses autres besoins, notamment :

  • le change ;
  • les câlins ;
  • le portage, etc.

Pour les bébés allaités, les tétées sont de véritables moments de plaisir dont ils ont pris l’habitude depuis leur naissance. Il est donc difficile de les en priver de manière brutale. Le sevrage définitif commence par celui des tétées nocturnes, mais les deux doivent s’effectuer en douceur. Aussi, après trois mois, il sera idéal d’apprendre au bébé à s’endormir seul.

Que préconisent les experts ?

À partir du second semestre de vie du bébé, les repas au beau milieu de la nuit doivent être évités. Sur le plan physiologique, la succion entraine la libération des endorphines (hormones du plaisir). Ainsi, en s’alimentant, bébé prend du plaisir. Cependant, la présence des parents, les caresses et autres marques d’affection procurent également plaisir et apaisement. Elles sont donc préférables.

C’est également ce que préconise le Dr A. Pfersdorff, un expert pédiatre. Il appuie son propos en expliquant que le réflexe de donner à manger à l’enfant de plus de six mois la nuit est nocif. Cela peut créer une dépendance chez ce dernier, qui va persister pendant qu’il grandit. Par ailleurs, ces repas nocturnes sont mauvais pour l’hygiène bucco-dentaire. Enfin, cela peut créer un décalage dans le rythme de l’enfant, puisqu’il sera en digestion quasi continuellement.

Après six mois de vie, vous devez donc remplacer progressivement le biberon ou la tétée nocturne, par du portage, des caresses, votre présence. Pour réussir, il est très important d’observer votre enfant. Cela, afin de savoir reconnaitre et différencier les signes annonciateurs de la faim, de ceux qui indiquent la fatigue par exemple. Il ne faut en aucun cas forcer le bébé à boire plus dans l’espoir qu’il dorme plus longtemps.

Arrêter le lait la nuit : comment procéder ?

Quand mon bébé peut-il se passer de lait la nuit ? Conseils sommeil 62689492 m

Pour rappel, le fait que le bébé soit nourri au sein ou au biberon n’a aucune influence sur l’effectivité des nuits complètes. Il fera ses nuits quand le moment sera venu pour lui. Toutefois, selon le mode d’alimentation, il convient de prendre certaines précautions pour mieux accompagner l’enfant dans le sevrage des repas de nuit.

Réaliser le sevrage de bébé pour les tétées de nuit

Étant donné le lien fort existant entre une mère et son enfant durant l’allaitement, celle-ci doit être sûre de sa décision, et se sentir prête à stopper l’allaitement la nuit. Elle peut commencer par expliquer les changements qui vont intervenir à son enfant quelques jours auparavant.

Les premiers jours, après la dernière tétée du soir, rappelez à votre petit, la nouvelle donne. Il faudra aussi éviter de le laisser s’endormir au sein. Votre présence à ses côtés peut cependant s’avérer indispensable pour qu’il trouve le sommeil. S’il se réveille durant la nuit, rendez-vous auprès de lui, et aidez-le à se rendormir en le berçant et le câlinant. Évitez de lui parler, ou alors ne le faites qu’en chuchotant pour lui rappeler que c’est la nuit et qu’il devra attendre le matin pour une nouvelle tétée.

Il est important de ne pas perdre son calme, et de rester bienveillant, même s’il se met à pleurer. Il ne faut pas oublier que c’est la seule manière de s’exprimer qu’il connait. Par ailleurs, si vous êtes en couple, il serait idéal que le papa s’occupe de son petit lors des réveils nocturnes. Cela facilitera notamment son endormissement, car il ne sentira pas l’odeur du lait sur sa maman.

Réaliser le sevrage de bébé pour les biberons de nuit

Si votre enfant est nourri au biberon, la procédure de sevrage est quasiment la même que celle indiquée plus haut. Il faut s’assurer que votre bébé arrive à s’endormir tout seul et de préférence sans biberon préalable. Pour cela, il faut pouvoir instaurer une routine du coucher adéquate.

Il faut aussi adopter des gestes calmes lorsqu’il se réveille la nuit et bien sûr l’accompagner jusqu’à ce qu’il se rendorme. Notez qu’en supprimant le biberon nocturne, vous inculquez à votre enfant qu’il n’y a pas de lien entre le repas et le sommeil. Au pire des cas, proposez-lui un peu d’eau à boire, ou plus simplement sa tétine.

Le rituel du coucher

Pour optimiser le sevrage nocturne, votre rituel pour le coucher doit comporter au maximum 3 étapes. Voici quelques éléments parmi lesquels choisir :

  • la toilette ;
  • une berceuse ;
  • un câlin ;
  • une histoire ;
  • une prière, etc.

Vous pouvez aussi choisir de donner le dernier biberon ou la dernière tétée, dans une pièce autre que la chambre. Cela aide bébé à faire la distinction.

Certains spécialistes proposent aussi de faire des massages au bébépour l’aider à se relaxer. Il peut s’agir d’un massage complet ou d’un massage doux de la tête (les tempes et l’espace entre es sourcils surtout), ou de la plante des pieds.

De plus, lorsque votre enfant se réveille, optez pour une veilleuse, plutôt que d’allumer la lumière. Il faut maintenir une atmosphère paisible dans la chambre. Parler en chuchotant ou ne pas du tout parler peut aussi aider à ce qu’il se rendorme.

Pour rendre votre routine du coucher plus efficace, assurez-vous de la faire tous les jours à la même heureSuivez les étapes choisies dans l’ordre et prenez votre temps tout en n’excédant pas une trentaine de minutes. Vous pouvez plus tard revenir de temps en temps dans la chambre de votre enfant pour vous assurer qu’il est bien endormi.

A lire également : Comment accompagner son enfant vers un sommeil autonome ?

Autres conseils

Le sevrage nocturne peut également coïncider avec les débuts de la diversification alimentaire. L’introduction de légumes et d’autres aliments rendra la digestion plus lente, et le sommeil plus lourd. D’un autre côté, il faut s’assurer du temps de sommeil que bébé accomplit en journée. En effet à partir de six mois, votre enfant devrait passer plus de temps éveillé en journée. Ceci, même s’il doit encore faire la sieste pour atteindre le nombre d’heures de sommeil requises pour son âge.

De plus, avant de démarrer le processus de sevrage, assurez-vous que c’est le bon moment. En effet, votre bébé doit être dans les meilleures dispositions possibles, pour accepter facilement ce sevrage. Ainsi, on évitera tout arrêt de lait la nuit durant une période de maladie, ou encore après un grand changement (déménagement, reprise du travail par la maman, etc.).

Enfin, il est important de ne pas oublier que l’arrêt du lait la nuit est une démarche progressive. Il faut y aller par étape. Vous devez toutefois rester ferme, et ne pas recommencer à le nourrir dès qu’il pleure. Ce faisant, vous arriverez à supprimer les tétées et biberons nocturnes.

Ce qu’il faut retenir

Chaque enfant est unique et dispose de son propre rythme de vie et de son propre rythme d’alimentation. Ainsi, il revient aux parents de s’adapter au rythme de leur enfant, durant les premiers mois de la vie de ce dernier. Il faut donc éviter de tirer votre enfant de son sommeil pour le nourrir, à moins de vouloir résoudre un problème lié à sa prise de poids.

Ensuite, lorsque le cap des six mois est révolu, il faut supprimer les apports alimentaires nocturnes. La mise en place d’une routine de sommeil est alors le moyen le plus efficace de procéder au sevrage. Il faut accompagner l’enfant et se tourner vers les agents de santé qualifiés dès que vous avez un doute, ou des questions. Il faut éviter à tout prix de suivre aveuglément les conseils des proches, même si ceux-ci sont bien intentionnés.

Enfin, il ne faut pas s’engager dans ce processus de sevrage, si vous n’êtes sûr de le conduire à terme. Ceci s’adresse en particulier aux mères qui allaitent. Elles doivent accepter l’idée de cette « déconnexion » partielle d’avec leur bébé. Au final, l’arrêt du lait la nuit permettra à bébé et à ses parents de profiter de nuits paisibles et d’un sommeil réparateur.

Aider bébé à se passer du lait la nuit est donc possible à partir de l’âge de six mois. Et vous ? À partir de quel âge avez-vous arrêté de nourrir votre enfant la nuit ? Pourquoi et surtout comment avez-vous fait ? Répondez-nous en commentaire et partagez votre expérience avec nous.

Rejoignez-nous

Inscrivez-vous pour recevoir des promos exclusives et des offres spéciales.